Spirits Station - Mettez le monde en bouteille
Verres cocktail Dry Martini avec Gin

Le Gin : histoire, élaboration et consommation

Le gin est aujourd’hui un alcool très à la mode, notamment très utilisé en mixologie pour l’élaboration de cocktails très connus et appréciés. Cet article vous propose d’aborder le gin au travers de 3 aspects. Tout d’abord son histoire, de sa création à aujourd’hui. Ensuite nous verrons l’élaboration du gin et les différents types de gins existants. Enfin, l’aspect modes de consommation de cet alcool sera abordé avec notamment des recettes de cocktails à base de gin.

Histoire : le gin est-il vraiment so british ?

On associe évidemment le gin à l’Angleterre mais en réalité ce ne sont pas les anglais qui ont inventé ce spiritueux. A l’origine cette boisson provient des anciens Pays-Bas (qui comprennent une partie de l’actuelle Belgique) qui ont commencé à produire une eau-de-vie de genièvre qu’ils ont appelé Genever et qui était commercialisée notamment en Angleterre. Le commerce de Genever a eu lieu jusqu’en 1688, lorsque le roi d’Angleterre de l’époque (Guillaume III pour les curieux) a décidé d’interdire l’importation d’eaux-de-vie étrangères.

Illustration d'un homme ivre buvant du gin
La consommation excessive de gin est devenu un fléau en Angleterre au 18e siècle.

C’est à ce moment-là que des distillateurs anglais se sont mis à produire un alcool similaire qu’ils ont appelé gin. Bénéficiant de taxes réduites, le gin est ainsi devenu très populaire en Angleterre. Malheureusement, c’est aussi devenu à ce moment un fléau, un moyen privilégié pour oublier des conditions de vie difficiles. Le gouvernement voudra alors faire remonter les taxes pour enrayer le fléau, mais cela a eu pour effet de favoriser les distillations clandestines. Finalement, avec le temps, les choses sont rentrées progressivement dans l’ordre vers la fin du 18e siècle.

Le gin est alors devenu une boisson plus noble. Au début du 19e siècle, l’eau tonique était alors utilisée pour lutter contre la malaria. Cette eau, contenant de la quinine, était très amère. Elle fut alors mélangée au gin pour la rendre plus facile à consommer : Le gin-tonic était né !

Le London dry gin tel que nous le connaissons aujourd’hui a fait son apparition vers la fin du 19e siècle. Il se veut plus léger et raffiné que le genever hollandais.

L’élaboration du gin

Cette boisson spiritueuse est un alcool blanc qui repose sur une base neutre. La base est dite neutre car sa concentration en alcool est très élevée et il est presque impossible de déceler, même pour un expert, l’ingrédient de base qui a été distillé. Il s’agit très souvent de céréales ou parfois de betteraves.

Baies de genièvre - genévrier
Les baies de genièvre, ingrédient indispensable à l’élaboration d’un gin.

Ce qui va donner sa personnalité à ce spiritueux, c’est son aromatisation. L’aromatisation se fait généralement par infusion. Un mélange de plantes, contenant évidemment les baies de genévrier (qui doivent être en quantité suffisantes pour que l’arôme soit présent en bouche), est placé dans l’alambic au dessus de l’alcool de base (qui est mélangé avec de l’eau). Les vapeurs d’alcool vont alors s’infuser avec ce mélange pouvant contenir plusieurs dizaines de plantes.

Le mélange d’alcool et d’arômes obtenu en sortie d’alambic sera alors à nouveau mélangé avec de l’eau pour atteindre le degré d’alcool souhaité pour l’embouteillage.

Les différents types de gin

Sélection de gins dans notre boutique
Petit aperçu de notre sélection qui comporte plusieurs types de gin

Le gin

Lorsque le gin ne dispose d’aucune appellation, c’est qu’il a probablement été aromatisé de manière simple, sans le processus de re-distillation décrit précédemment. Néanmoins l’arôme des baies de genévrier doit être prépondérant.

Le gin distillé (distilled gin)

Les gins distillés sont les plus répandus, cette tendance se confirme dans les gins que nous avons sélectionné dans notre boutique. Ils résultent d’une infusion ou macération des baies de genièvre et d’autres plantes dans une base d’alcool neutre.

Le London dry gin

Il fait partie des gins distillés. Malgré son appellation, il n’a pas besoin d’être élaboré à Londres, ni même en Angleterre. Pour avoir l’appellation, il faut que le distillat obtenu lors de l’aromatisation ait au moins 70% d’alcool. De plus l’ajout d’arômes artificiels est interdit. Cela a pour effet de limiter la part aromatique présente dans le gin. C’est pour cela qu’ils sont très utilisés pour les cocktails puisqu’ils apportent leur personnalité sans dénaturer le cocktail.

Et aussi…

La genièvre (ou genever), n’est pas un type de gin à proprement parler, mais elle se rapproche de l’eau-de-vie ayant inspiré le gin. Appellation géographique, elle peut être produite aux Pays-Bas, en Belgique, dans le Nord de la France et le Nord-Ouest de l’Allemagne.

Le Plymouth Gin, qui doit être produit dans la ville de Plymouth. Il existe d’autres appellations régionales comme le pèkèt en Wallonie ou le gin de Mahón aux Baléares.

Notre sélection de gins

Spirits Station, c’est aussi une boutique de spiritueux en ligne avec notamment une gamme de plus de 50 gins à partir de 20€ comprenant des valeurs sûres mais aussi des produits moins connus mais qui ont été sélectionnés pour leur rapport qualité / prix. En voici un petit aperçu.

La consommation du gin

Il se consomme principalement en cocktails. Néanmoins, certains gins sont réputés assez raffinés et aromatiques, ils peuvent donc se consommer purs, comme par exemple le japonais Ki No Bi. Si vous voulez percevoir les arômes d’un gin mais que la dégustation pure vous rebute à cause du trop fort taux d’alcool, vous pouvez ajouter un peu d’eau pour l’allonger. Une autre possibilité est de mettre un peu de gin dans un verre de dégustation en le faisant tourner pour qu’il se dépose bien sur les parois. Ensuite, vous videz le verre et vous pourrez alors percevoir une partie des arômes sans la puissance alcoolique rien qu’en approchant votre nez du verre.

Pour conclure cet article, voici quelques recettes de cocktails à base de gin.

Dry Martini

Le cocktail le plus connu est sans doute le Dry Martini (appelé parfois simplement Martini, mais cela porte à confusion avec la marque du même nom). Il est faussement popularisé par James Bond puisqu’en fait ce dernier est plutôt adepte de la vodka martini, qui est un dérivé de ce cocktail. Le Tanqueray Ten est réputé comme idéal pour ce cocktail.

Cocktail Dry Martini (gin)

Ingrédients :
Gin (6cl)
Vermouth sec (1cl) – (Martini extra dry par exemple)
– 1 Olive verte (ou 1 zeste citron selon vos goûts)

Recette :
Utilisez un verre à mélange que vous remplirez de glaçons. Versez le gin et le vermouth. Remuez pendant 20 secondes puis versez le contenu dans le verre de dégustation tout en prenant soin de retenir les glaçons.

Ajoutez l’olive ou le zeste de citron. Dégustez le tout bien frais.


Gin Tonic

Un autre classique. Comme évoqué en début d’article, cette recette remonte probablement au 19e siècle.

Verre de gin tonic

Ingrédients :
Gin (4cl)
– 1 tranche de citron vert
– Du tonic (Schweppes)

Recette :
Verser le gin, dans un verre rempli de glaçons. Ajoutez le tonic doucement en inclinant le verre. Vous pouvez y ajouter une rondelle de citron vert.


Gin Fizz

Contrairement aux 2 précédents, ce cocktail est un peu sucré. Il est originaire des États-Unis.

Ingrédients :
Gin (4cl)
Jus de citron (4cl) (ou 2cl de jus de citron et 2cl de jus de citron vert)
Sirop de sucre de canne (2cl)
Eau gazeuse type Perrier (10cl)

Recette :
Verser le gin, le sirop et le jus de citron dans un verre rempli de glaçons. Ajoutez l’eau gazeuse et remuez le tout avec une cuillère. Vous pouvez décorer le verre avec une rondelle de citron vert.

Vous aimez notre blog ? Recevez chaque mois notre newsletter pour être informé des nouveaux articles publiés !

8 Commentaires

  • Philippe dit :

    Très bien fait votre site!
    Ou faut-il aller en Angleterre pour visiter des distilleries de Gin?
    Question peut-être stupide mais le gin s’emploie-t-il en cuisine?
    Je suis fan de Gin et j’aimerai bien en distribuer en France mais par ou commencer? Je suis viticulteur à la base et je maitrise le réseau des cavistes,

    • Jez dit :

      Bonjour,

      Le gin étant très en vogue, je pense qu’il est possible de trouver des distilleries un peu partout. Je sais qu’il en existe sur Londres et ses alentours (Silent Pool par exemple), c’est sans doute le plus simple au niveau logistique pour débuter.

      Pour l’utilisation en cuisine, ce n’est clairement pas répandu. Je ne suis pas certain que le gin soit assez aromatique (comparé au rhum) pour pouvoir s’utiliser facilement en cuisine, le côté alcool prendrait peut-être trop le dessus.

      Concernant la distribution de gin, si vous souhaitez distribuer un gin que vous importez vous-même, il faudra que vous soyez enregistré auprès des douanes et obteniez le bon agrément puisqu’une importation ne peut se faire qu’en droits suspendus (peut-être que vous êtes déjà habilité en tant que viticulteur).
      Pour le reste, il faut aussi veiller à ce que la production soit fiable (et stable) au niveau du degré d’alcool car les spiritueux sont taxés par rapport à leur volume d’alcool pur et en cas d’erreur à ce niveau, cela risque de coûter cher. Il faut aussi se pencher sur les mentions obligatoires à faire figurer sur les étiquettes pour une vente en France (logo déconseillé aux femmes enceintes par exemple).

      Maintenant, il existe aussi aussi beaucoup de micro-distilleries en France, et distribuer du gin français sera beaucoup plus simple en terme administratif, donc cela reste aussi une option intéressante pour débuter.

  • Zimm dit :

    bonjour
    je tombe par hasard sur votre article, très interessant sur ma boisson préférée! je suis en Master 2 en communication et je souhaite faire mon memoire sur l’alcool (gin) et l’art. Je cherche surtout des etudes et chants lexicale. Oui je sais cela semble tiré par les cheveux dit comme cela 😬

    si par hasard vous avez des articles je suis preneuse !!

    Merci

    • Jez dit :

      Bonjour,

      Excusez ma réponse un peu tardive. Je n’ai malheureusement pas d’articles sous le coude pour vous aider. Mon seul conseil serait de vous inciter à effectuer vos recherches en anglais, cela permet souvent de trouver beaucoup plus de choses qu’en se limitant aux résultats francophones.

      En tout cas bon courage pour votre mémoire, votre sujet peut mener à quelque chose d’intéressant 🙂

  • RIT dit :

    Bonjour Jez,

    Je suis étudiant en Master et je dois effectuer une étude de marché sur le Gin en Inde.

    Seriez vous en mesure de me transmettre quelques informations à ce sujet, car sur le net il n’y a pas grand chose de précis.

    Dans l’attente de vous lire prochainement,

    Bien cordialement

    Fabio

    • Jez dit :

      Bonjour Fabio,

      Je n’ai personnellement pas d’informations sur le marché du gin en Inde, mais je pense que pour trouver ce type d’informations, il faut rechercher en anglais.

      Je suis par exemple tombé sur ce lien qui donne déjà quelques éléments :
      https://www.statista.com/outlook/10020400/119/gin/india?currency=eur
      L’accès complet est payant, mais il y a déjà quelques infos accessibles gratuitement.

      J’espère que ce point de départ va vous aider pour vos recherches !

  • Emma Lamentin dit :

    Bonjour,

    Merci pour toutes ces informations concernant le gin! Je vais m’essayer à quelques cocktails, dont le Dry Martini. Il ne me manque plus que la voiture et les gadgets de James Bon et c’est bon! Dans la foulé je tenterai également le Gin Tonic.

    • Jez dit :

      Ah ça, malheureusement boire du gin ne suffit pas à avoir la classe et tout l’attirail de ce cher agent 007…
      Vous avez raison de vous roder sur les cocktails avant l’été 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.