Spirits Station - Mettez le monde en bouteille
MenuMenu
Des eaux-de-vie de différentes couleurs

Comment expliquer la couleur d’un spiritueux

Si tous les spiritueux sont incolores en sortie d’alambic, ce n’est pas toujours le cas lorsqu’ils sont embouteillés. Si le vieillissement y est pour beaucoup, ce n’est pas le seul facteur qui peut changer la couleur d’un alcool. Voyons tout ce qui peut influencer la teinte d’une boisson spiritueuse.

La palette de couleurs

On lit souvent dans les commentaires de dégustation que les alcools sont cristallins, dorés, cuivrés… La palette de couleurs n’est pas normée, mais la photo ci-dessous donne un bon aperçu de la gamme de couleurs :

La palette des couleurs d'un spiritueux

La palette des couleurs d’un spiritueux va du blanc au brun ou topaze

Sur les fiches utilisées par les professionnels, on retrouve parfois les couleurs suivantes : paille, or pâle, or soutenu, ambré, cuivré, acajou et topaze.

Au delà de la couleur, les reflets peuvent également différer d’un spiritueux à l’autre. Il est intéressant de les observer dans de bonnes conditions de luminosité pour s’en rendre compte.

Le vieillissement

Illustration fût récent et usagé

2 fûts ayant un état d’usage différent ne vont pas donner la même teinte à l’alcool qu’ils contiennent

Il ne vous a sans doute pas échappé que les alcools les plus vieillis étaient souvent les plus sombres. Le vieillissement est, en effet, un facteur prépondérant dans la coloration d’un whisky par exemple. Le type de fût utilisé (type de bois, neuf ou usagé) ainsi que le temps passé dans ces fûts vont impacter la couleur. A vieillissement équivalent, les fûts les plus usagés vont en général amener à des couleurs plus pâles, donc l’alcool le plus sombre n’est pas forcément le plus vieux !

Concernant les fûts usagés, l’alcool qu’ils ont contenu par le passé, peut avoir un impact sur les reflets. Les reflets sont en général dorés, ambrés, rougeâtres, cuivrés ou même verdâtres.

Le caramel

Illustration colorants caramel (E150)

Les différents teintes obtenues par les colorants au caramel

La règlementation européenne définissant les spiritueux autorise l’adjonction de caramel. Par exemple pour le rhum, on peut lire : “Le rhum ne peut être additionné que de caramel afin d’en adapter la coloration.” On parle ici de colorant alimentaire (E150), et non pas de confiserie.

Cette autorisation incite donc à ne pas faire de conclusion hâtive sur la vieillissement d’un spiritueux en fonction de sa couleur. Cette adjonction ne dénature pas pour autant l’alcool, une couleur agréable peut même jouer inconsciemment dans notre appréciation d’une eau-de-vie, il ne faut donc pas en faire une affaire d’État. De plus, la coloration au caramel est généralement utilisée pour harmoniser la couleur d’une gamme. Il arrive que la coloration naturelle d’un whisky par exemple diffère légèrement d’une fois sur l’autre lorsque le maitre de chais décide qu’il est temps de le mettre en bouteille.

Il est malheureusement compliqué de savoir quels alcools utilisent du caramel puisque la mention n’est pas obligatoire en France. Il est globalement moins utilisé dans les produits haut de gamme qui ont déjà une couleur marquée du fait d’un vieillissement important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *