Spirits Station - Mettez le monde en bouteille
MenuMenu
Verres "tulipe" utilisés pour la dégustation de spiritueux

Bien choisir son verre pour la dégustation

Cette question peut sembler futile pour le commun des mortels, mais le choix du verre n’est pas si anodin dès lors que l’on parle de dégustation, surtout pour des spiritueux assez aromatiques comme le rhum, le whisky ou le cognac. Les conseils prodigués dans cet article ne concernent que les alcools que vous allez boire purs ou alors légèrement dilués dans de l’eau, mais pas les cocktails et les liqueurs.

Même sans être un expert ou un professionnel, vous pourrez percevoir des différences en dégustant le même alcool dans un verre adapté ou non. L’idée n’est pas de dénigrer les “mauvais” choix de verre, mais plutôt de vous donner les clés pour vous mettre dans les meilleures dispositions pour apprécier ce que vous avez dans votre verre (et surtout d’impressionner vos convives en dégustant comme un pro). Il est évident que d’autres paramètres peuvent avoir une influence non négligeable, comme le cadre, la température ambiante, les mets qui accompagnent…

Jouez la transparence

Le premier élément de perception est le visuel. On dénombre 4 aspects principaux qui peuvent être jugés au visuel.

La couleur : Allant du blanc au brun en passant par différentes couleurs tirant vers le jaune paille, l’or ou l’acajou, la palette graphique d’un spiritueux peut varier en fonction de son vieillissement et de l’adjonction de caramel.

La limpidité : C’est la clarté, la transparence.

La brillance : Un bon éclairage permettra de juger de la brillance.

La viscosité : Pour l’observer il faut incliner le verre et voir les traces laissées sur les parois du verre. Une boisson très visqueuse aura un aspect assez gras et laissera beaucoup de traces.

Observation de la viscosité

Si vous voulez pouvoir réaliser cet examen visuel, il va de soi qu’il faut opter pour un verre transparent. Le seul cas où un verre teinté sera conseillé, c’est pour effectuer une dégustation à l’aveugle, pour ne pas être influencé par la couleur de la boisson.

La plupart des verres répondent à cette exigence, mais certains verres sont troubles (notamment parmi les verres à shooter), trop décorés ou avec des formes rectilignes qui empêchent de bien voir le contenu. Mieux vaut donc opter pour quelque chose de simple, sobre et aux lignes arrondies (surtout si vous voulez observer la viscosité).

Libérez les arômes

Avant de précipiter le verre à votre bouche, vous pouvez prendre le temps de faire un petit examen olfactif. Si vous voulez faire les choses comme un pro, vous devez procéder en 2 étapes :

Sans remuer le verre, vous sentez son contenu en approchant progressivement le verre de votre nez.

Après avoir remué le verre de manière circulaire pour libérer tous les arômes. Attendez environ 3 secondes puis mettez votre nez au plus près du verre, n’hésitez pas à carrément mettre le nez dans le verre pour percevoir toutes les subtilités aromatiques de votre boisson.

Pour pouvoir percevoir toutes les subtilités que peut vous offrir un bon spiritueux, l’idéal est d’opter pour un verre avec une ouverture pas trop large pour que la concentration des arômes soit plus forte.

N’échauffez pas trop votre esprit

Pour la partie gustative, le goût ne sera pas réellement différent en fonction du verre même si les puristes pourront opter pour le cristal qui est censé améliorer la cohésion, la fusion des arômes. Une fois n’est pas coutume, ne faites pas comme les professionnels, ne recrachez pas ! (cela n’empêche pas de consommer avec modération, environ 3 cl ou 4 cl d’alcool sont suffisants pour apprécier pleinement le goût de votre boisson spiritueuse).

Le seul point d’attention est la température, la plupart des eaux-de-vie se consomment souvent à température ambiante ou légèrement rafraichies. Il est donc intéressant d’avoir un verre à pied pour ne pas réchauffer le contenu avec vos mains lorsque vous prenez le verre.

Il est également possible d’ajouter une pointe d’eau fraiche pour les alcools assez puissants, afin de les adoucir légèrement pour mieux sentir les arômes et un peu moins l’alcool.

Conclusion

Le but n’étant pas de faire un article à suspense, vous aurez peut-être remarqué la photo en haut de cet article. Les moins courageux d’entre vous auraient pu s’arrêter là et avoir la réponse. Les verres représentés sur cette photo sont appelés verres tulipe ou verres maître de chais. Ce sont ceux utilisés par les professionnels. Ce sont des petits verres à pied d’une contenance d’environ 8 cl. Certains disposent même d’un couvercle pour éviter de laisser échapper les arômes.

S’ils ressemblent à des verres à vins, il est déconseillé d’utiliser les verres ballon à cause de leur ouverture trop large qui donnera moins de subtilité au nez. Si vous disposez des 2 types de verre, vous pouvez faire l’exercice par vous même et vous rendre compte que c’est une réalité.

Verres de type Glencairn

Il existe d’autres types de verres adaptés à la dégustation, notamment le Glencairn. Pas de révolution, il fait partie des verres tulipe mais son pied plein lui donner un style un peu différent. Officiellement, il s’agit d’un verre à whisky, mais personne ne viendra contrôler ce que vous mettez dedans.

Concernant le classique verre Tumbler dans lequel sont souvent servis les whiskies dans les bars, il est à éviter puisque trop large et donc peu propice à retenir les arômes. Les raisons de sa popularité son plus liées à l’image et au marketing plutôt qu’à ses qualités intrinsèques.

Il est évident que ces conseils sont plus appropriés pour une bonne bouteille aux arômes complexes que pour un alcool premier prix (que vous allez probablement mélanger pour que ça passe). L’idée n’est pas d’être snob, mais plutôt d’aider les curieux à appréhender au maximum toutes les subtilités que peuvent receler certaines bouteilles.

En bonus pour les anglophones, je vous suggère cette vidéo du charismatique Richard Paterson de chez Whyte and Mackay qui montre comment boire un whisky comme un “sir” :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *